Sélectionner une page

Aujourd’hui très répandus, les couverts ont cependant tardé à se démocratiser au sein de nos tables. Il a fallu attendre le XVIIIème siècle pour que couteaux, fourchettes et cuillères se répandent en Europe. Mais au fait, pourquoi les appelle-t-on ainsi ?

 

 

Une appellation singulière

 

À l’origine, mettre le couvert signifiait recouvrir d’un linge les plats avant qu’ils ne soient servis. Ensuite, lors du service, la nourriture était distribuée aléatoirement dans les écuelles des invités. Les nobles craignaient en effet d’être empoisonné lors du repas, ce qui était courant à l’époque. Mettre le couvert était ainsi une façon d’éviter les risques de mourir bêtement…

Les ustensiles que nous appelons aujourd’hui “couverts” ont simplement hérité de cette appellation.

La cuillère et le couteau en aînés

 

Si la fourchette a mis du temps à intégrer nos cultures, la cuillère et le couteau, eux, sont présents depuis la préhistoire.

Les premiers couteaux étaient en pierre et servaient à découper les aliments. Pendant très longtemps les hommes mangeaient à mains nues. Au Moyen-Âge, l’on a commencé à se servir de l’extrémité du couteau pour attraper les aliments. Ces derniers ont fini par retrouver une pointe arrondie après que les fourchettes les aient remplacées à cet usage.

Quant aux cuillères, elles pouvaient être sculptées en bois, en os ou en céramique. Leur utilisation a cependant été très longtemps limitée à des usages spécifiques : pour manger des escargots ou bien des oeufs par exemple. Les soupes étaient ainsi bues au bol jusqu’à la renaissance.

 

 

La fourchette, outil du démon

 

Les dates d’apparition de la fourchette divergent selon les sources. Mais ce qui est certain, c’est que cet ustensile a mis du temps à se faire accepter. En effet, jusqu’au XVIIIème siècle, elle était considérée comme l’instrument du diable. Les religieux voyant en la fourchette une incitation au péché de la gourmandise. Il faut croire qu’aujourd’hui nous sommes tous des pécheurs…

Les couverts comme marque de richesse

 

Bien vite après leur popularisation, les couverts se sont retrouvés comme symbole de classe sociale. Les nobles avaient des couverts en or, les aristocrates en argent, tandis que les pauvres devaient se contenter de couverts en bois. Les grandes familles y gravaient leurs armoiries. D’où l’expression “être né avec une cuillère en argent dans la bouche” qui signifie être né dans un milieu aisé. Posséder des couverts en argent était très important socialement à l’époque. Il était honteux d’offrir des couverts en bois pour une réception… De fait, des couverts en argent étaient souvent offerts aux jeunes mariés pour qu’ils puissent bien recevoir.

Avec la révolution industrielle, beaucoup de familles plus modestes ont ainsi cherché à tromper leurs invités en faisant paraître leurs couverts pour de l’argent. Alors qu’en réalité, les couverts n’étaient faits que de matériaux ressemblant à de l’argent.

Mais ce temps est aujourd’hui révolu, et pratiquement tous les foyers sont aujourd’hui équipés de couverts en inox ou en acier. Les expressions restent toutefois comme un souvenir de cette époque.

 

 

Envie d’en savoir plus sur l’histoire de la restauration ? N’hésitez-pas à jeter un coup d’oeil à nos articles sur la même thématique :

Histoire culinaire : le foie gras

Histoire culinaire : la pomme de terre

 

Posez nous toutes vos questions, nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

06.75.10.86.42

contact@coach-resto.fr

Une question rapide ?

Share This